Bien vivre en tant que père célibataire averti.

Se retrouver seul, une étape obligatoire

Image de couverture pour cet article
Crédit photo: Ana Gabriel

Tu aimes quelqu’un. Tu vis avec, tu fais un enfant. Pour une raison ou une autre, l’histoire se finit. Parfois dans la souffrance. Et dans la plupart des cas, tu fonces dans une nouvelle relation dès que tu le peux.

Il y a une tendance que j’observe au fur et à mesure que je vois les couples se séparer autour de moi. La plupart du temps, les ex-conjoints font tout pour trouver de nouveau un partenaire le plus rapidement possible. Je me suis souvent demandé pourquoi. Laissez-moi vous démontrer pourquoi je pense que se ruer dans une nouvelle relation est une erreur, et essayer de vous démontrer pourquoi la solitude peut avoir un effet bénéfique dans votre vie.

L’Homme n’aime pas la solitude

Certes, l’Homme déteste être seul. Nous sommes, que veux-tu, des animaux profondément sociaux, avec un besoin constant de parler à autrui, sûrement dans le but d’exister. Aristote a émis l’hypothèse que l’être humain a besoin d’autrui pour se connaître lui-même - thèse renforcée par Hegel qui ajoute que l’affirmation de la conscience de soi n’est possible qu’à travers la reconnaissance d’autrui. En d’autres termes, ne pas être seul est, comme beaucoup d’autres décisions importantes de la vie, un acte purement égoïste - c’est le seul moyen de prendre conscience de ta propre existence.

Le besoin de ne pas être seul s’exprime aussi dans les moments de bonheurs que tu ne peux pas partager du fait de sa solitude. As-tu déjà essayer de vivre une expérience extraordinaire sans pouvoir la partager avec quelqu’un au moment où tu la vis ? Ce bonheur semble infiniment moins entier, moins complet, et finalement, moins heureux.

Se retrouver seul nous renvoie face à nos peurs. La peur de vieillir seul. La peur de ne pas pouvoir partager des moments. La peur aussi d’être seul avec soi-même. Avec nos démons.

Parfois, je me demande si la plupart des gens n’aiment pas rester seuls, parce qu’ils ne s’aiment pas comme ils devraient s’aimer. Nous en parlerons plus bas.

Le statut social

Le statut social est une autre raison de vouloir absolument être en couple. Etre seul est quasiment anormal. Il faut être avec quelqu’un - car après tout, si nous sommes seuls, est-ce parce que nous ne sommes pas assez bien pour attirer un partenaire ?

La pression sociale se ressent si souvent lorsqu’on est célibataire. Elle se manifeste par des phrases aussi anodines que “ah, toi, tu es seul ? N’arrives-tu pas à trouver ? C’est étonnant quand même.

Elle se fait plus difficile encore quand on voit les amis devenir en couple, faire des enfants, commencer des familles. Se retrouver seul n’est pas bien vu. D’autant plus si on vient de devenir célibataire. On doit prouver qu’on est capable de séduire de nouveau, qu’on est capable de ramener une partenaire encore meilleure que la précédente. Sinon, on se retrouve comme tous les autres pères célibataires.

Apprendre à se connaître

Pourtant, être seul est primordial, surtout si l’on sort d’une très longue relation. Lorsqu’on est deux, on oublie progressivement sa propre identité. On n’est plus soi-même, mais les deux personnes du couple deviennent une troisième entité, où les personnalités peuvent s’effacer avec le temps. Fabrice Luchini, tout bourré de défauts qu’il est, s’est merveilleusement bien exprimé sur ce sujet lors d’une interview avec Mireille Dumas. Je t’invite à la découvrir ci-dessous.

T’es-tu déjà demander qui tu étais vraiment ? Quels étaient tes rêves, tes espoirs ? De ce que tu voulais tirer de la vie, et comment tu souhaitais la vivre ? Je crois que ce sont des questions profondément importantes, qu’il est facile d’oublier.

Je suis pourtant de ceux qui pensent que le conjoint doit tout mettre en oeuvre pour tendre vers la réalisation des désirs de l’autre dans le couple. Si l’autre fait de même également, c’est là qu’on voit un couple s’épanouir et réellement à l’écoute.

Toutefois, à force de trop se focaliser sur le couple, et ce que veut l’autre, on oublie ce qu’on voulait de prime abord. Et on oublie qui on est, également. Parce que nous nous sommes façonné par l’autre.

Lorsque qu’on se réfugie le plus vite possible dans une autre histoire, on ne prend pas ce temps nécessaire de s’observer, de passer du temps avec soi même pour savoir exactement ce qu’on veut pour nous mêmes. Il faut prendre le temps nécessaire pour se poser les bonnes questions, jusqu’à devenir confortable avec l’ennui. Il faut en effet pouvoir s’ennuyer tout seul. Ne pas avoir peur d’être seul avec soi même.

Si tu n’es pas à l’aise avec toi même quand tu es seul, comment veux-tu qu’une tierce personne soit bien avec toi ?

Le conjoint ne doit pas être un pansement

De plus, les nouveaux célibataires se ruent dans les bras d’une autre personne pour trouver une réponse à leur chagrin. Ou pour les aider à surmonter une épreuve.

Le conjoint ne doit pas être un pansement.

Si tu n’es pas en paix avec toi même, tu mettras sur les épaules de ta nouvelle chérie ton propre fardeau. Tu chercheras en elle les moyens de surmonter la difficulté ou les doutes que tu pouvais avoir. Ce faisant, tu créeras automatiquement une relation de dépendance vis à vis de cette personne. Plutôt que de chercher une solution à tes problèmes, tu en créeras de nouveaux. Et ce que tu pouvais reprocher à tes anciennes relations, aura de fortes chances de revenir, sous une autre forme - tout ca parce que tu n’as pas pris le temps d’être seul avec toi même suffisamment longtemps pour savoir qui tu es.

Dans un couple, le partenaire doit être un nice to have, un bonbon dans ta vie. Pas quelqu’un qui te maintient en vie. Tu ne dois pas attendre de l’autre qu’il t’amène le bonheur dont tu as besoin.

Tu es toi même responsable de ta vie et de comment tu te sens. Je crois que ce n’est qu’une fois que tu auras compris ce message, que tu sauras devenir une nouvelle personne, seule, et heureuse.

Partage sur Facebook

Tu penses que cet article peut aider d'autres parents ?

N'hésite pas à partager sur Facebook. Partage